Salon : Data XXV

29 October 2014, 19:00 - 22:00

  • JOSÉE BROUILLARD
  • MITCHELL STAFIEJ
  • ROBERT FEULNER

Avec FOUND, Mitchell Stafiej et Robert Feulner partent d’un film et le transforment en superposant de nouveaux éléments visuels et sonores pour lui donner de nouvelles dimensions. Ce travail se situe dans le paradoxe entre expérience de voyeurisme et effets de distanciation. Le film, matériau original de l’oeuvre, se compose de divers moments intimes de personnes qui toutes, étaient proches d’une même personne assassinée un an avant les prises de vue. Le matériau au fondement de ce travail est donc de nature très chargée émotivement, et d’une certaine dureté. Les personnages se filment eux-mêmes. Ils se déplacent dans et hors du cadre, avec toujours, l’impression d’une présence étrange. Le format VHS utilisé nous reconnecte à notre mémoire et donne d’emblée une impression de passé et de souvenirs familiaux. Le vidéaste Robert Feulner vient ensuite brouiller et transformer ce matériau visuel en direct. Le cinéaste et artiste sonore Mitchell Stafiej vient, quant à lui, incorporer de nouveaux sons aux vidéos. Tous deux superposent donc, au matériau hyperréaliste, brut et dur du film original, de nouveaux éléments esthétiques, et de nouvelles dimensions émotives, venues d’un autre temps, d’autres instants, pour créer contradictions, confrontations et mélanges surprenants et touchants. 


Séquences vidéo pour moniteur préparé est une installation vidéo qui bouleverse la perception de l’espace. Plongé dans l’obscurité absolue, le spectateur découvre les images vidéo d’un corps en mouvement. Les parcelles de ce corps vidéo sont arrachées à l’obscurité. Il est impossible de distinguer la superficie du canevas vidéo ou même la superficie de la salle. Le spectateur et le corps vidéo sont tous deux perdus dans la noirceur de l’environnement qui les entoure. Une relation s’installe entre eux. Le corps vidéo devient le seul repère spatial pour le spectateur. Parfois, le spectateur sent le corps vidéo lointain, ce qui lui donne l’impression d’être dans un espace très vaste, parfois le spectateur sent le corps vidéo l’envahir, ce qui lui donne l’impression d’être dans un espace restreint. Ce projet fait donc évoluer les perceptions physiques et spatiales au sein d'une expérience singulière. 

Réalisé avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et du programme d’assistance à la production du laboratoire nouveau média d’OBORO. 

Gratuit

29 October 2014, 19:00 - 22:00