Triennale Device_Art

23 septembre - 4 octobre 2015

  • ALICE JARRY
  • CRAIG FAHNER
  • ERIN GEE
  • MYRIAM BLEAU
  • NATALIYA PETKOVA

Eastern Bloc envoie des artistes émergents canadiens et québécois en art numérique à Zagreb, Croatie, pour la prochaine triennale Device_art.

Fidèle à son rôle de soutien aux artistes émergents canadiens en art numérique, Eastern Bloc a sélectionné les oeuvres de cinq artistes de qualité : Myriam Bleau, Erin Gee, Craig Fahner, Nataliya Petkova, Alice Jarry. La Triennale Device_art est produite par KONTJENER, une organisation curatoriale croate. Initiée en 2004, elle présente depuis plusieurs années des oeuvres de robotiques et dispositifs. Le projet est axé sur un art d’exploration et de communication qui intègre le dispositif technologique comme moyen d'expression artistique et de critique puissant, provocateur ou ludique.


Spectrales (Alice Jarry) est une installation cinétique in situ. Des noeuds, des enchevêtrements inusités et des géométries modulables se font et se défont au gré de l'interaction d'éléments qui témoignent d'une dynamique collective. Le temps, la gravité, la traction mécanique et la lumière informent ce travail cumulatif lié à la spatialité où chaque fil tendu remodèle la topologie des relations entre image, objet, mouvement et espace.


Coherer (Craig Fahner) est une installation sonore spatialisée qui utilise des thérémins modifiés pour faire de l'espace d'exposition un champ d'activités éléctromagnétiques invisibles. Quand les participants pénètrent ce champ de signaux, leur présence perturbe l'environnement électromagnétique, affectant le paysage sonore qui les entoure. En l'absence de spectateurs, les signaux sans fil à la dérive sonnent comme un bavardage cacophonique.


Soft Revolvers (Myriam Bleau) est une performance audiovisuelle pour quatre toupies en acrylique transparente. Grâce à des senseurs placés à l’intérieur des interfaces, chaque toupie contrôle les sons d’une composition musicale électronique. Les toupies évoquent ainsi le DJing des tables tournantes et la culture hip-hop : les tableaux sonores en résultant témoignent de ces influences populaires, se mouvant librement entre consonance et dissonance rythmiques.


La mariée remise à nu par le binaire (Nataliya Petkova) est une performance hybride dans laquelle une structure robotique reprend le système vocal humain dans le but de composer un discours codé. Agissant uniquement comme une boîte de résonance complexe, le corps du performeur est au service de la machine dont la volonté est de communiquer un discours générateur transformé. Ce travail est issu de recherches sur l'identité, le langage, la traduction et les transformations médiatiques.


La version installation de Swarming Emotional Pianos (Erin Gee) mélange des extraits vidéos d'un acteur qui exprime sans un mot diverses émotions. Pendant l'enregistrement de cette vidéo, Gee a attaché des biocapteurs sur l'acteur dans le but de capturer les données relatives à son état émotionnel physiologique. La vidéo est encerclée par une flotte de carillons robotisés et activée par les données du biosenseur. L'activation des robots donne ainsi naissance à un morceau musical abstrait qui reflète la maîtrise et les intensités émotives de l'acteur.

23 septembre - 4 octobre 2015