Le sens du Néoisme?! Un manifeste infini

7240 Clark, 2e étage, Montréal

  • vernissage: 3 October 2018, 19:00 - 22:00
  • exposition: 4 - 26 October 2018
  • Heures d'ouverture: [ MER À VEN ] 16:00-19:00 -- [ SAM ET DIM ] 13:00-17:00
Photo: Anna Iarovaia
  • Sofian Audry
  • Monty Cantsin?

« Le sens du Néoisme?! Un manifeste infini » est une tentative de transférer l’esprit du Néoisme?! dans une machine performative générant en boucle des adages, des réflexions et autres révélations néoistes.

Le système repose sur un réseau de neurones artificiel à apprentissage profonds. Il est composé de centaines de milliers de synapses qui se sont nourris de milliers de pages de propagande néoiste soit The Book of Neoism?!, The Poetical Plunderground of Neoism?! et Reclaiming the Bodymachine; ce qui lui permets de construire et de prodiguer ses propres (més)interprétations du Néoisme?! en direct, via une performance machinique participative.

- Sofian Audry s'est inspiré de l'artiste pionnier canadien : Monty Cantsin?  - 

Cette oeuvre est une collaboration entre Sofian Audry et Monty Cantsin? (alias Istvan Kantor Amen!). Elle est une réincarnation du cerveau « multiple » de Monty Cantsin? en un substrat technologique doté d’une vie propre. La machine ressemble à un système audio composé de douzaines de connecteurs « jack » représentant un réseau artificiel neurologique en action. Un panneau lumineux situé tout en haut de la machine permet au système de régurgiter continuellement de nouveaux propos néoistes. Les visiteurs peuvent interagir avec les synapses neuronales artificielles en branchant, débranchant et croisant les câblages, venant ainsi déconstruire, reconstruire et même détruire en temps réel la « voix » du système.

Crédits 

  • Design Matériel: Gregory Perrin
  • Assistance de Recherche: Eliza Bennett
  • Assistance Technique: Matthew Loewen

Le Néoisme est né à Montréal en 1979 d’une rébellion locale new wave/punk et s’est très rapidement propagé au niveau international. Tout a commencé par une idée conçue par Istvan Kantor, un réfugié hongrois, fraîchement arrivé à Montréal après un court passage à Paris. Kantor a été rejoint par un groupe de jeunes à l’esprit subversif et ensemble ils ont organisé une série d’événements dans la rue et de “festivals d’appartement”. Si le Néoisme s’est répandu comme un feu de paille dans les années 80 et 90, il est parti d’un mouvement mineur local qui a pris de l’expansion jusqu’à devenir le plus grand réseau artistique anti-autoritaire au monde.

BIO / Sofian Audry crée des œuvres numériques se déployant sous différentes formes telles la robotique, l'intervention électronique, l'installation interactive et l'art web. Détenteur d'un baccalauréat en mathématique-informatique (2001) et d'une maîtrise en science informatique de l’Université de Montréal (apprentissage-machine et modélisation du langage, 2001) ainsi que d'une maîtrise en communication de l'UQÀM (médias interactifs, 2010), il a récemment complété un doctorat interdisciplinaire en Arts et Lettres (« Humanities ») à l'Université Concordia (2016). Sofian est Professeur Assistant en Nouveaux Médias au School of Computing and Information Science de l'Université du Maine (États-Unis). En 2017 il fut stagiaire postdoctoral au Massachusetts Institute of Technology à Cambridge.

Il s'engage activement dans sa communauté, par exemple comme membre du centre d'artiste Perte de Signal qu'il mena comme président de 2009 à 2017, ou en tant que développeur principal du logiciel de vidéo mapping open source MapMap. Son travail a été présenté au Canada, en Europe, en Asie et en Afrique dans de nombreux festivals et lieux d'exposition.

Istvan Kantor s’intéresse très jeune aux expériences artistiques radicales et à la rébellion. Artiste multidisciplinaire, sa pratique comprend les arts médiatiques, la performance, la robotique, l’art audio, l’installation, l’écriture et la musique. Présentés à la Dokumenta 8 de Kassel, ses vidéos ont été récompensées dans le monde entier, entre autre au International Short Film Festival d’Oberhausen (1992), au Transmediale de Berlin (2001) et au Osnabruck Media Arts Festival (2009). Istvan Kantor a reçu le prix de Téléfilm Canada pour la meilleure vidéo canadienne (1998) et fut le Lauréat, en 2004, du Prix du Gouverneur général en art visuels et en arts médiatiques, la plus importante distinction au Canada attribué à un artiste émérite pour l’ensemble de son œuvre (biographie écrite par Etienne Desrosiers). 

7240 Clark, 2e étage, Montréal

  • vernissage: 3 October 2018, 19:00 - 22:00
  • exposition: 4 - 26 October 2018
  • Heures d'ouverture: [ MER À VEN ] 16:00-19:00 -- [ SAM ET DIM ] 13:00-17:00