Arribada à la métropole // Germán Sánchez

  • Vernissage et présentation publique: 11 - 15 December 2019
  • Vernissage: 11 décembre de 18h à 20h
  • Présentation publique: 12 et 13 décembre de 17h à 20h et 14 et 15 décembre de 13h à 17h
  • Entrée libre

 

Lors de sa résidence, l’artiste Germán Sánchez a conçu une installation qui sera présentée à Eastern Bloc et lors d’une intervention dans l’espace public. Il s’agit d’un campement itinérant intégrant lumières stroboscopiques, vidéo et son qui propose un parallèle visuel avec les phénomènes migratoires des tortues. Le projet donne de nouvelles significations à la tente en tant qu’élément vivant qui remplit sa fonction lorsqu’elle se déplace dans l’espace, sert de «maison» dans l’espace public et aux formes de résistance politique.

-


“Il y a 8 espèces de tortues marines sur notre planète. On estime qu'elles ont vécu plus de 150 millions d'années (c'est-à-dire depuis l'âge des dinosaures) grâce à leur instinct migratoire qui les pousse à se reproduire sur les côtes les plus favorables à leur survie. En biologie, ce phénomène s'appelle arribada (arrivée). L'objectif principal de ce projet est de considérer le phénomène de la migration comme un comportement naturel des espèces qui au cours de leur vie, atteignent un autre sol qui leur garantit les conditions idéales pour préserver leur existence sur Terre. À partir de la relation tortue/tente, le projet propose une rencontre autour du camp comme une forme de résistance à la vie qui refuse de disparaître. Étant donné le nombre croissant de migrants entrant au Canada depuis la deuxième moitié du XXe siècle et le sentiment anti-immigrant promu par des politiques suscitant la peur, il est nécessaire d’offrir un espace de réflexion autour de cette problématique mondiale. Nier la migration, c'est nier l'existence de l'humanité sur Terre.“

 

Ce projet est une résidence artistique financée par le ministère colombien de la Culture. 

 


Étudiant en arts visuels à l'Université d'Antioquia, Germán Sánchez s'interroge sur les conséquences de l'utilisation abusive des nouvelles technologies et sur la façon dont leurs mises à jour justifie la déshumanisation d'un système. Ses propositions interrogent les problèmes éthiques liés à l’espace par une utilisation politique des appareils électroniques, tout en suscitant une réflexion sur le rôle de la technologie dans les nouvelles façons de créer une communauté.

Il a présenté son travail lors d'une exposition individuelle au MUUA et a remporté le premier appel de Vitrinas Cundinamarca au musée d'Antioquia. Il a participé à des expositions collectives à la galerie de l'Institut des arts de l'Université de Campinhas à São Paulo, au Brésil et lors de la VIe Biennale de l'art jeune de Comfenalco. 

  • Vernissage et présentation publique: 11 - 15 December 2019