Eastern Bloc

Expositions 2011 - 2012





7 – 13 septembre 2011
PENDAISON DE CRÉMAILLÈRE

Vernissage : 7 septembre, 18h
Événement 4e anniversaire : 11 septembre, 19h

Kelly Andres, Mathieu Ball, Manuel Chantre, Vincent Chevalier, Kandis Friesen, BLAKE HARGREAVES, Jonathan Lemieux, thomas ouellet fredericks, Nick Rudzicz, JOSÉE SCHRYER, ALEXANDER WESTCOTT, AVEC Amber Berson, Eliane Ellbogen, Emma Geldart ET Danny Perreault

Eastern Bloc célèbre sa quatrième année d’existence, et la meilleure façon de marquer le coup c’est de s’y installer ! PENDAISON DE CRÉMAILLÈRE c’est une semaine d’installations in situ pendant laquelle le personnel, les bénévoles, les membres ainsi que les collaborateurs antérieurs d’Eastern Bloc sont invités à présenter des oeuvres sur le thème de l‘environnement domestique. Les oeuvres, les idées et le mobilier de Eliane Elbogen, Amber Berson, Emma Geldart, Kelly Andres Jonathan Lemieux, Vincent Chevalier, Kandis Friesen, Mathieu Ball, Nick Rudzicz, Josée Schryer et Danny Perreault vont s’installer chez Eastern Bloc pendant une semaine. Dimanche, le 11 Septembre, Eastern Bloc présentera une série de concerts intimes dans cet environnement domestique simulé par Blake Hargreaves, Thomas Ouellet Fredericks et Alexander Westcott.






PLANT PARLOUR (2011)

KELLY ANDRES

« Plant Parlour » est une installation de clonage et d’échange de plantes. Le public peut travailler avec l’artiste sur un system de localisation des échanges de plantes à travers la culture de tissues « fait maison ». Andres installera sa serre intérieure, exposera des plantes qui peuvent être clonées et invitera les gens à apporter des segments de leurs propres plantes. L’artiste sera présente et clonera ses plantes dans des petits pots lors de courtes prestations pour ensuite distribuer les clones. Suite à cette procédure de clonage, toutes les plantes et les participants seront localisés sur un arbre phylogénétique généré par un ordinateur.

Les œuvres de Andres ont été exposées à Eastern Bloc, Montréal, Latitude 53, Edmonton, à la Science Gallery, Dublin (avec le Grafting Parlour), M:ST Performance Art Festival, Calgary, Free Radio Banff, Walter Phillips Gallery, Banff, Babel Art Gallery, Norvège, ISEA 2008, Singapore, Signal and Noise, Vancouver, CONFLUX 2007, New York, The Southern Alberta Art Gallery et The Trianon Gallery, Lethbridge. Andres a fait ses résidences d’artiste au Media Lab Prado à Madrid, e-MobiLArt (Grèce, Finlande, Autriche), ISEA 2008, Singapore, Studio XX, Montréal, The Banff Centre and the Banff New Media Institute, Lademoen Kunstnerverksteder, Trondheim Norway and Foundation


BEHIND GLASS (2011)

MATHIEU BALL

En partie installation audio, en partie art mural, « Behind Glass » crée une relation affective entre l’orateur et la boite d’ombres accrochée sur le mure. « Behind Glass » se veut comme un commentaire sur l’institution de l’art en deux dimensions ainsi que sur la façon dont l’art audio pourrait éventuellement s’incruster dans le canon de l’art que l’on accroche sur les murs.

Mathieu Ball est artiste multidisciplinaire et musicien. Il est né à Montréal où il a également reçu son baccalauréat en beaux arts de l’université Concordia en 2011. Travaillant avec la photographie, la sculpture, le son ou le mariage de différents médias, Ball crée des œuvres pour des locations prédéterminées ainsi que pour les galeries qui sont en lien avec les relations qu’il a établies avec les établissements artistiques.


PWIFd (Places Where I've Fuck'd)

VINCENT CHEVALIER

« PWIFd » est un blog (pwifd.tumblr.com) qui est constitué d’images d’endroits où Chevalier a eu des relations sexuelles. Les photos ont été appropriées à partir de captures d’écran de Google Street View. Quelques unes ont été prise immédiatement après que la relation sexuelle ait eu lieu alors que d’autres sont tirées de souvenirs des mois ou des années après l’acte. La série d’images résultant de cette démarche nous procure un compte rendu sous forme d’index photo de l’historique sexuelle de Chevalier révélant une variété de locations comme des blocs appartements, des hôtels, des maisons et des endroits publics tels que des parcs, des saunas ou des édifices commerciaux.

Vincent Chevalier est un artiste montréalais qui utilise les qualités performatives de la révélation de soi comme média de choix. Ses projets sont composés de tâches répétitives qui testent l’endurance du spectateur et qui cherchent à exposer le privé en public. Ces actions vont du quotidien au théâtral et prennent place dans une variété d’endroits publics comme les rues ou le web. Ses œuvres ont été exposées ici ainsi qu’à l’international lors de festivals. Les galeries ayant présentés son travail sont Galerie La Centrale Powerhouse, les galeries FOFA et CIRCA à Montreal; l’ANTI-Contemporary Art Fesitval à Kuopio, Finlande; ainsi que le XVI Annual International AIDS Conference à Toronto ien 2006. On a écrit sur son œuvre dans No More Potlucks. Il a reçu son baccalauréat en Intermedia/Cyberarts à l’université Concordia en 2011.


MAINTENANCE / D’ENTRETIEN

KANDIS FRIESEN

Friesen effectuera des interventions dessinées à l’intérieur de l’espace d’Eastern Bloc. Ces interventions se veulent comme des dessins intentionnelles effectués en nettoyant ou en effaçant de petites surfaces. Le processus de nettoyage ainsi que l’espace après avoir été nettoyé seront documentés en son, en vidéo et en photographie. Friesen est intéressée par les relations envers la propreté et l’acte de nettoyer – les relations et coutumes de qui nettoie quoi et pourquoi, en prenant bien compte de leur profile socio-économique et racial. Les manies obsessives de nettoyage de sa mère, les employés immigrants trop souvent ignorés s’occupant de la maintenance à l’université où elle travaille et étudie, les infrastructures de machines industrielles servant à nettoyer ainsi que les produits nettoyants à nature toxique, tous servant à adorer la propreté immaculée ou l’horrible saleté, et la banalité de cette vaisselle constamment sale au travail ; tous ces aspects reflètent différentes relations dans l’acte du nettoyage. Cette série de dessins à caractère de performance dirige l’attention sur un travail particulier et sur comment faire l’interprétation d’un espace de travail, ici un centre d’artistes devenue résidence, lorsqu’on le mélange à un espace domestique et artistique.

Kandis Friesen est une artiste interdisciplinaire née et a grandit à Winnipeg qui habite maintenant Montréal. Travaillant avec le son, la vidéo, le dessin et l’installation, sa pratique examine des notions de langage et de traduction, des sites d’identité nationale et culturelle ainsi que de mémoires collectives tels que les archives. Son œuvre est exposée à l’internationale et ses vidéos sont distribuées par Groupe Intervention Vidéo (GIV), un centre d’artiste basé à Montréal. Elle travaille présentement sur plusieurs projets dont le Mennonite Video Archive Project, une collection collaborative de pièces qui répondent au matériel non-édité et non-traduit d’un documentaire qui n’a jamais été produit, trouvé sur les sombres étagères des archives Mennonite à l’été 2010.


JIM SLAY (2011)
BLAKE HARGREAVES

Un film d’horreur en personne qui teste les imites de la maîtrise de soi face à l’angoisse, les limites de l’endurance pulmonaire, les limites du système de son de la salle. L’électronique physique analogue agira comme bassin pour le viscère collectif, soumis au plus cavalier des traitements. Une éducation intuitive et sensorielle sur la science de l’ingénierie sonore du 20e siècle, accompagnée d’une simulation réalité virtuelle de la plus pire première sortie possible.


SEMIOTICS OF MY FRIDGE (2010)

JONATHAN LEMIEUX

« Semiotics of my Fridge, » basé sur l’oeuvre de Martha Rosler « Semiotics of the Kitchen », est une installation vidéo axée sur la performance qui expose l’état précaire du réfrigérateur (ou du portefeuille) d’un étudiant en arts. La vidéo présente Lemieux qui ingurgite chacun des aliments qui se trouvent dans son réfrigérateur. La pauvreté de Lemieux l’oblige à consommer de tristes combinaisons d’aliments éclectiques et disparates. La performance vidéo propose un moment d’endurance autant pour l’artiste que pour le spectateur car elle consiste en une seule prise continue.

Performeur masochiste, commissaire obsessif et peintre géométrique, Jonathan Lemieux crée des œuvres sur l’endurance physique et psychologique. Sa passion pour l’architecture le pousse à explorer à travers son art l’influence de l’espace publique sur l’espace privé et comment l’intersection de ces deux espaces affecte la relation que les gens ont avec leur propre identité.


TVDESTROY (2011)

THOMAS OUELLET FREDERICKS

« TVDESTROY » est une installation audiovisuelle collective et interactive. Sa création se déroule au moment opportun : la transition de la télévision analogue vers la télévision numérique. Le projet présente des téléviseurs empilés, prêtés par la communauté, qui génèrent des animations audiovisuelles abstraites à travers un module « TVDESTROY ». Ces animations peuvent être contrôlées par l’auditoire avec une simple télécommande. L’installation devient ainsi un orchestre audiovisuel dirigé par un ou plusieurs conducteurs. Pour les remercier d’avoir bien voulu collaborer, en échange du prêt les individus ont chacun reçu le module TVDESTROY rattaché à leur téléviseur pour ainsi leur permettre de continuer à « détruire » leur téléviseur à la maison. Ouellet Fredericks présentera « TVDESTROY » en tant que performance interactive prototype lors de l’événement du quatrième anniversaire le 11 septembre 2011.

Thomas Ouellet Fredericks est un artiste indépendant, enseignant à temps partiel et consultant. Après avoir complétée sa maitrise en communications à l’Université du Québec à Montréal en 2003, il s’est spécialisé en création d’installations interactives dont l’interface est modelée sur des recherches contemporaine en comportement et en psychologie. Le travail de Fredericks utilise souvent des éléments biologiques ou leur simulation et met l’emphase sur le sens du touché. Il est fier membre et participant actif du mouvement Open Source et Creative Commons. Son œuvre est exposé mondialement. Il vit et travail à Montréal.


The American Dream (2010)

NICK RUDZICZ

« The American Dream » est un court jeu expérimental créé pour l’exposition de design de jeux GAMMA IV. Travaillant sous les contraintes de l’événement, les jeux soumis ne devaient être contrôlés que par un seul bouton. « The American Dream » vise à explorer la gamme d’émotions possibles à l’intérieur d’un system interactif limité. Le jeu est inspiré de la lucidité et des graphiques abstraits de l’époque de l’Atari 2600, une période d’exploration du design de jeux vidéo fonctionnant mieux sans manuel d’instructions. « The American Dream » est la condensation d’une vie de consommateur bonne et appropriée. Le jeu a été expérimenté dans plusieurs pays, et a probablement été banni dans tous les autres.

Après être devenu adepte de jeux depuis maintenant plus d’un an, Nick Rudzicz croit qu’il est maintenant légitime pour lui d’en créer un. En combinant ses diplômes en informatique des universités Concordia et McGill à sa passion pour la science et son cynisme envers l’humanité, il cherche à laisser derrière lui son travail de bureau traditionnel pour le monde du design de jeux vidéo, un peu désorganisé et potentiellement non hygiénique. Dans ses temps libres, il co-organise le Mount Royal Game Society – une association d’individus à pensées similaires – et se livre occasionnellement à la photographie et à la préparation d’aliments et à tweeter.


A FAMILY STORY (2011)

JOSÉE SCHRYER

Peu après la séparation de ses parents, Schryer et son père ont cessé de se voir et de se parler. Mis à part les souvenirs de son enfance, elle ne retrouve en son père qu’un inconnu. À travers « A Family Story », elle arrive à redécouvrir cet homme qui vit aujourd’hui par lui même dans une cabane dans les bois, sans électricité et sans eau courante, avec les cerfs qu’il nourrit. « A Family Story » n’est pas un photo reportage; les images résultant de cet engagement se racontent comme une histoire. Schryer vise à rassembler des instants isolés, descriptions étranges et ambigües des liens inconditionnels de la famille. Les images ont été capturées à l’aide d’une vielle Hasselblad 500c, de décembre 2010 à avril 2011.

Josée Schryer habite Montréal et étudie la photographie et l’histoire de l’art à l’Université Concordia. Ses intérêts primaires tournent autour du portrait narratif et de la charge émotionnelle pouvant être transmise dans une série d’images. Elle met l’emphase sur les relations qui existent entre les membres d’une famille immédiate, incluant la sienne, ainsi que les facteurs qui déterminent en partie leur identité.


24 Hrs (2011)

AMBER BERSON, ELIANE ELLBOGEN, EMMA GELDART, DANNY PERREAULT

« 24 Hrs » est une installation vidéo tournée sur elle-même, permettant donc au visiteur de la galerie de regarder le fonctionnement interne d’un centre artistique. Suivant les conversations sur l’humour de la dynamique de bureau à Eastern Bloc, en blaguant souvent que les péripéties quotidiennes et les rendez-vous sont dignes d’une téléréalité, Ellbogen, Berson, Geldart et Perreault, les quatre employés principaux du centre, ont décidé de se filmer au travail pour une semaine entière. Ces enregistrements en partie édités, en partie diffusés simultanément sont visibles sur un téléviseur à circuit fermé. Conçus précisément pour la PENDAISON DE CRÉMAILLÈRE, « 24Hrs » vise à faire la lumière sur les frontières créées par soi-même entre nos vies personnelles et professionnelles – ou comment notre espace de travail devient facilement un espace de vie et notre espace de vie un espace de travail.

AMBER BERSON
Amber Berson est passionnée par l'art et son potentiel de changement social. Ses recherches sont actuellement axées sur l'art et le deuil, les pratiques muséales, les théories narratives et les collections vernaculaires. Son mémoire de maîtrise (Université Concordia) examine la manière dont les femmes autochtones disparues et assassinées ont été représentées dans l'art canadien. Elle travaille à Eastern Bloc et a récemment co-comissarié SIGHTandSOUND 2 et Espèces vulnérables à Eastern Bloc, In Your Footsteps à la galerie VAV, Désirs réagencés : exposer l' « autre » chez soi au FOFA et « We lived on a map... » dans l’espace d'exposition du Centre for Ethnographic Research and Exhibition in the Aftermath of Violence/Centre de recherche ethnographique et d’exposition sur les conséquences de la violence (CEREV).

ELIANE ELLBOGEN
Eliane Ellbogen habite Montréal. Elle est co-fondatrice d’Eastern Bloc, un centre d’exposition et de création qui a vu le jour en 2007. Elle y travaille également en tant que commissaire et directrice artistique. Après avoir complétée son baccalauréat en Histoire de l’Art à l’université McGill, elle s’est impliquée dans la scène artistique locale en tant qu’auteure/metteuse en scène de pièces de théâtre multimédias, designer graphique et créateur de fanzines. Elle collabore localement et internationalement à l’organisation du festival annuel audiovisuel Sight & Sound, et plus récemment elle agit à titre de commissaire pour la série d’événements mensuels Salon : Data, ainsi que d’autres expositions incluant Département des Nuisances Publiques, Clash, et Espèces Vulnérables.

DANNY PERRAULT
Danny Perreault poursuit une maîtrise de recherche-création en média expérimental à l’école des médias l’Université du Québec à Montréal. Il est fasciné par la fragmentation de la projection vidéo dans le contexte du spectacle en art numérique et dans l’art urbain. Il étudie entre-autres les corrélations entre urbanisme, architecture, scénographie, art vidéo, son ainsi que lumière. Ses pièces Vetroy(2005) et Tvestroy(2007) on été présentées à Montréal, Ottawa, Paris, Marseille, Nantes, Bruxelles, et Eindhoven.

REFERENCE (LIBRARY) (2011)

AMBER BERSON

"Je n'ai toujours jamais entendu un homme me demander conseil sur comment combiner mariage et carrière."

Inspirée par cette citation ainsi que par l'éminente penseur féministe Gloria Steinem. Reference (Library) est une représentation de ma bibliothèque imaginaire. Quelque part entre la théorie sur l'art numérique et ces manuels d'instructions dédiés aux épouses qui sont sur le marché du travail, je me suis créé un environnement sain dans l'espace liminal situé entre le travail et la maison, la famille et les collègues, ma vie et ma carrière.